L'importance de bien suivre son traitement antibiotique | Pharmacie du Musée
20680
post-template-default,single,single-post,postid-20680,single-format-standard,ajax_updown_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.1.1,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive

L’importance de bien suivre son traitement antibiotique

L’importance de bien suivre son traitement antibiotique

L’arrivée des antibiotiques a contribué à une baisse significative de décès liés aux infections.

Plusieurs familles d’antibiotiques existent pour s’attaquer plus ou moins spécifiquement à une bactérie ou un groupe de bactéries. Des protocoles précis sont élaborés pour définir la dose et la durée adaptées à la maladie que l’on souhaite soigner. Par exemple, un même antibiotique pourra soigner une angine ou une otite mais avec une posologie et une durée de traitement différentes.

Malheureusement, l’utilisation massive, inutile ou répétée d’antibiotiques chez l’humain, l’animal, en agriculture, a conduit au développement de mécanismes de résistance par les bactéries. Ces mécanismes peuvent s’exprimer par une modification génétique de la bactérie ou par la destruction de l’antibiotique. L’institut Pasteur estime à 25000/an le nombre de décès dus à la résistance aux antibiotiques.

Que peut-on faire pour contribuer à la lutte contre la résistance?


  1. Ne pas exiger de son médecin une prescription systématique pour des antibiotiques. Les virus et les champignons ne peuvent être soignés avec ces médicaments. De plus, votre système immunitaire pourra venir à bout de bon nombre d’infections bactériennes sans l’aide d’antibiotique.
  2. Si un antibiotique est nécessaire, respecter la dose prescrite et finir le traitement. Il se peut qu’on se sente mieux au bout de quelques jours et qu’on soit tenté d’arrêter le traitement: ceci favorisera la résistance car seules quelques bactéries auront été tuées. Les bactéries « survivantes » deviendront plus fortes et résisteront un prochain traitement.
  3. Ne jamais garder des antibiotiques dans sa trousse à pharmacie pour une utilisation future. Il est fort probable qu’il n’en restera pas assez pour faire une cure complète, voire que le médicament sera inadapté pour ce nouveau cas.
  4. Rapporter à la pharmacie tout médicament restant une fois le traitement terminé.


Aliquam Curabitur dolor Donec sit et, quis